CUBA, partie 3 de la loi Helms-Burton

jeudi 25 avr 2019

Cuba sous le feu de Trump
Donald Trump s’apprête à franchir une nouvelle étape dans l’entreprise criminelle contre Cuba. Le président américain a donné son feu vert à l’entrée en vigueur, le 2 mai prochain, du titre 3 de la loi Helms-Burton. Cette loi extraterritoriale, promulguée en 1996, s’attaque aux entreprises étrangères présentes sur l’île au prétexte qu’elles profiteraient de biens ayant appartenu à des ressortissants américains nationalisés par le gouvernement révolutionnaire au début des années 1960.

Les entreprises européennes, et notamment françaises, pourraient être contraintes de quitter les lieux sous peine de se voir sanctionnées aux États-Unis.

Par ailleurs, la Maison-Blanche a accentué mercredi la pression sur l’économie cubaine en annonçant que les États-Unis allaient restreindre la possibilité de voyager à Cuba pour les Américains et limiter les montants des transferts d’argent autorisés vers l’île. Washington entend également interdire à la banque centrale cubaine d’accéder au dollar américain.

L’Union européenne a jugé « regrettable » la décision des États-Unis qui aura « un impact important sur les opérateurs économiques de l’UE à Cuba et ne peut que mener à une spirale inutile de poursuites judiciaires", ont déclaré la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmstrom, et la chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini.

La décision américaine suscite "beaucoup d’inquiétudes au sein de l’UE", ont souligné les commissaires concluant : "L’UE envisage de saisir l’Organisation mondiale du commerce (OMC) avec d’autres pays partenaires, car la législation américaine est contraire à la loi internationale".

Soixante années de blocus économique contre la Grande Ile n’ayant pas réussi à détruire la révolution cubaine, l’action illégale et criminelle yankee franchit un nouveau degré dans l’ignoble : tenter d’étrangler un peu plus un peuple qui malgré le blocus, les sabotages, les attentats terroristes, les changements politique à l’échelle mondiale a résisté et résiste toujours.

Trump et son équipe composée en partie d’enfants et de petits enfants de contrerévolutionnaires s’attaquent frontalement à Cuba. Pas seulement.

L’impérialisme nord-américain s’est fixé l’objectif de renverser les gouvernements progressistes latinos, de mettre fin à des années de progrès social et démocratique, de reprendre pied sur ce que Washington considère toujours comme son « arrière-cour ».

Guerre ouverte contre le Venezuela, retournement du renégat président équatorien, tentative de déstabilisation du dirigeant bolivien Evo Morales, mise en place de dirigeants croupions au Chili, en Argentine, au Paraguay au Guatemala, au Honduras, et dans quelques autres pays de la région. Une structure criminelle « Condor bis » (de triste réputation dans les années 1970) coordonne actuellement toutes les actions visant à déstabiliser, par exemple, le Venezuela avec des attaques cybernétiques visant ses installations électriques.

Au paradis des malfaisants, à coup sûr, Trump occupera une place de choix. En attendant, la solidarité avec Cuba et les progressistes latinos s’impose.

José Fort


Voir aussi l'entretien donné par Jeannette Habel, chercheuse à l'IHEAL, membre du Programme Amérique latine/Caraïbe de l'IRIS à l'adresse suivante :

http://www.iris-france.org/136037-loi-helms-burton-contre-cuba-lextraterritorialite-du-droit-americain/


publié le jeudi 25 avr 2019

Nos coordonnées

Association SALSA
Sète Amérique Latine Semaine Artistique
Tél : 06 29 58 28 53
Email : contact@seteameriquelatine.fr

Réseaux sociaux

© 2019 S.A.L.S.A. - Tous droits réservés

1 Loterie festival : la gagnante du tableau de Mako Moya a été trouvée !

2 nouvelles alarmantes de l'Equateur.

Consultez le noticiero  en cliquant ici